Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 07:23

01-HS1-001-001.jpgPour fêter le premier anniversaire de notre cher magazine, nous vous proposons ce numéro hors série « spécial patrimoine ». L’Egypte ancienne, trois fois millénaire, possède des centaines de sites disséminés le long de la vallée du Nil, son artère vitale historique, constituant ainsi la plus fabuleuse exposition d’antiquités à ciel ouvert. Evidemment, certains sites ne sont pas ouverts au public et d’autres présentent un intérêt immense pour les archéologues mais moins évident pour les amateurs, et certaines zones du pays ne sont pas conseillées aux touristes pour des raisons d’insécurité, qui d’ailleurs sont bien antérieures aux évènements du printemps dernier. Il n’est pas possible d’être exhaustif, à moins de disposer de plusieurs centaines de pages, et la question de la classification de la présentation de cet immense patrimoine se pose immanquablement : chronologiquement, en remontant le temps, ou géographiquement, en remontant – ou descendant – le Nil ?

Ne sachant trop finalement comment répondre à cette question, nous avons opté pour un découpage plutôt thématique, mélangeant à la fois le temps et l’espace, sachant qu’il est évidemment imparfait, un peu arbitraire et certainement critiquable. Le voyage commence donc à Memphis, capitale de l’Egypte durant tout l’Ancien Empire. Riche de 4000 ans d’histoire, de nos jours il ne reste quasiment rien de la ville antique elle-même, et ses rares vestiges sont absorbés à la fois par les cultures et la poussé urbaine de la banlieue du Caire. Mais elle est le lieu où on été édifiés quelques uns des plus anciens, étonnants et spectaculaires monuments construits par l’homme, ces formidables témoins de pierres qui semblent défier le temps : les Grandes Pyramides de Gizeh. Puis nous remontons à la fois le temps et le fleuve pour nous arrêter à Abydos, la ville sainte du Moyen Empire et le principal centre religieux de tout le pays à cette époque. Nous continuons ensuite notre périple jusque Thèbes, la toute puissante capitale religieuse du Nouvel Empire, avec les complexes religieux de Karnak et Louxor sur la rive orientale du Nil et sa nécropole sur la rive opposée. Thèbes a été le plus grand centre religieux de toute l’Antiquité. L’accumulation exceptionnelle de monuments eux-mêmes exceptionnels de part et d’autre du fleuve en fait une destination absolument unique au monde.

Le voyage se termine en beauté avec la région d’Assouan, tout au sud du pays. Pendant l’Antiquité, la ville était la frontière entre le monde civilisé des Egyptiens et le monde mystérieux qui s’enfonce dans les profondeurs de l’Afrique. Ce monde mystérieux et inconnu d’où provient la crue annuelle du Nil, qui apporte l’eau nourricière et le limon qui fertilise les champs de la vallée, et qui a permis l’épanouissement de cette extraordinaire civilisation. C’est dans cette région lointaine que Ramsès II avait fait édifier « la huitième merveille du monde », le temple d’Abou Simbel, pour affirmer l’autorité de pharaon le plus loin possible mais aussi pour remercier les dieux d’être aussi bienveillants à l’égard des hommes. Pourtant, de telles merveilles ont bien failli disparaitre à jamais : le haut barrage d’Assouan a failli noyer Abou Simbel, Philae, et bien d’autres sanctuaires, sous les eaux du lac de rétention créé par le barrage. Le temps et les catastrophes naturelles sont responsables de la disparition de chefs-d’œuvre irremplaçables. L’activité humaine l’est malheureusement bien d’avantage, mais le monde a pris conscience de l’importance de son patrimoine et a entrepris de le sauvegarder. Enfin, nous apporterons une touche finale « hors classement » avec un passage en revue des plus grands temples de l’époque ptolémaïque. Epoque tardive d’une Egypte sous administration grecque qui a su se fondre dans les coutumes locales et à qui on doit des constructions absolument somptueuses. C’est avec une touche de nostalgie que ce numéro s’achève avec Philae, le dernier sanctuaire égyptien encore en activité jusqu’au 6e siècle où le culte d’Isis est alors définitivement interdit par les Chrétiens.

Donc, dans ce numéro, point de longue biographie savante avec profusion de dates oubliées dans les méandres du temps et de noms impossibles à mémoriser. Nous voulons surtout laisser place au rêve, celui d’un voyage dans le temps dans les splendeurs d’une Egypte éternelle dont la magie est toujours présente et ne cesse de nous fasciner. Et puis, surtout, de vous donner envie d’aller visiter l’Egypte, qui d’ailleurs a bien besoin du retour des touristes.

 

05-HS1

 

 

Commander le magazine sur internet : link

 

Le trouver près de chez vous : link

 


Partager cet article

Repost 0
egypteancienne-magazine
commenter cet article

commentaires

support guides 30/10/2014 10:24

Thanks to you for the new edition, “special heritage”. The new edition is very useful to know about different heritages and places. I am a person who is very fond of tours and this book is very helpful for me to find my new destinations without any worries.