Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 09:11

 

01-01-001-001Amenhotep IV, plus connu sous le nom d'Akhenaton, le « Bienfaiteur d'Aton », est à la fois un des pharaons les plus populaires, énigmatiques, et atypiques de l'Egypte ancienne. Dixième pharaon de la XVIIIe dynastie, on situe son règne de 1355 av. JC à 1338 av. JC. Il est l'époux de la belle Néfertiti et le père de Toutankhamon, deux autres grandes « célébrités » de cette époque. Le Nouvel Empire, la période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne, est alors à son apogée. Mais Akhenaton, en voulant imposer le culte solaire exclusif d'Aton, dont il est le prophète et l'incarnation, provoque des bouleversements profonds dans cette société très conservatrice. Il fait construire une nouvelle capitale dans un lieu désertique vierge de la présence de toute autre divinité … et éloigné de Thèbes et de son puissant clergé d'Amon. La nouvelle religion, en rupture avec la tradition, va aussi donner naissance à de nouvelles formes artistiques, caractéristiques de la période : l'art amarnien. Mais le roi néglige la politique et la diplomatie et l'Egypte connait un affaiblissement soudain et préoccupant sur la scène internationale. La crise s'étend aussi à l'intérieur car la réforme religieuse a non privé les temples de leur rôle cultuel, mais aussi économique et social. Lorsqu'il meurt, ses successeurs s'empresseront de faire disparaître toutes les traces de ce roi « hérétique » et de revenir à la tradition.

 

Depuis l'Edit de Theodose en 392, l'Eglise avait fermé tous les temples païens où quelques prêtres d'Amon perpétuaient encore la tradition, et avait maintenu un strict interdit sur ces caractères diaboliques appelés hiéroglyphes. Plus personne n'était alors capable de comprendre ces signes mystérieux, qui renfermaient toute la richesse spirituelle d'une civilisation plusieurs fois millénaire. On pense avoir la clé de l'énigme en 1799 lorsque le lieutenant Bouchard découvre la pierre de Rosette, lors de l'expédition d'Egypte de Bonaparte. Mais ce n'est pas suffisant : il faudra tout le génie, l'énorme  masse de connaissances, et l'obstination de Jean-François Champollion pour que les hiéroglyphes parlent à nouveau. Passionné au plus haut point par l'Egypte ancienne, il lui a tout donné, et elle a fini par lui révéler son secret. L'égyptologie était née.

A l'opposé de sociétés beaucoup plus récentes et soi-disant avancées, la place de la femme dans l'Egypte ancienne est exemplaire par sa modernité. A défaut d'une stricte égalité avec l'homme, on lui reconnaît son indispensable complémentarité, avec tout le respect et les droits qui lui sont associés. Et elle est bien évidemment une source d'inspiration intarissable pour la poésie et la romance. On retrouve cette dualité et cette recherche permanente de l'équilibre jusque dans les récits cosmogoniques de la création du Monde, où chaque chose contient son indispensable contraire, comme le principe masculin et féminin … Mais la grande sagesse des Egyptiens anciens ne les dispensaient pas d'être parfois moqueurs et ironiques, comme en témoigne l'étonnant Papyrus érotique de Turin. Enfin, pour cette édition, nous vous emmenons en visite touristique à Karnak, le plus grand complexe religieux de toute l'Antiquité, dont Champollion plus qu'admiratif disait que toute l'imagination européenne s'arrêtait pour « tomber impuissante au pied des cent quarante colonnes de la salle hypostyle ». Champollion exagère peut-être un tout petit peu, mais il est vrai qu'il y a de quoi stupéfier même les plus blasés des « vieilles pierres ».

Bonne lecture !

 

Philippe Ilial, Vincent Willaime

 

05-05-001-001

 

 

Commander le magazine sur Internet : http://www.exportpresseditions.com/boutique/product.php?id_product=523 

 

Le trouver près de chez vous : http://www.trouverlapresse.com/

 

Partager cet article

Repost 0
egypteancienne-magazine
commenter cet article

commentaires