Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 09:28

01-01-001-001-copie-2.jpg

Reines d’Egypte … Immédiatement plusieurs grands noms viennent à l’esprit : Hatchepsout, Néfertiti, Cléopâtre … Pourtant, les plus médiatiques ne sont pas forcément les plus remarquables et nous verrons qu’en dehors des stars incontournables de la catégorie, elles ont pratiquement toutes joué un rôle politique de premier plan. Mais toujours aux cotés de leur époux. En fait, ce qu’il important de comprendre, c’est que la monarchie dans l’Egypte pharaonique, ce n’est pas uniquement le pharaon, c’est le couple royal : c'est-à-dire le pharaon et la … ? Mais qui exactement ? Oui, car le terme « reine » - ou encore moins pharaonne - n’existe pas dans la langue de l’époque. Car la reine porte en fait le – ou les – titre(s) de « Mère du Roi », « Epouse du Roi », « Mère des enfants du Roi », « Sœur du Roi », « Fille du Roi » … Et cette « reine » d’Egypte est tout simplement une femme indispensable à l’harmonie cosmique et terrestre si chère aux Egyptiens de l’Antiquité. Egale en droit et complémentaire dans ses attributions, respectée de tous, reconnue par les chefs d’état étrangers, elle est certes l’épouse aimante et la mère attentive, mais elle est aussi la confidente du roi et son plus fidèle alliée. Pas dans son ombre, mais en pleine lumière. Jamais elle n’usurpe le trône mais il lui arrive souvent d’assurer la régence, parfois même avec les pleins pouvoirs, lorsque son époux est absent – ou mort – jusqu’au moment où le rejeton légitime est en âge de prendre la succession. Alors seulement l’« Epouse du Roi » défunt devient la « Mère du Roi » régnant, mais son rôle politique ne s’arrête pas pour autant.

La reine d’Egypte, c’est Isis, qui envers et contre tout reste fidèle à la mémoire de son époux, Osiris, assassiné par un frère jaloux qui lui vole son trône. Et qui va lutter jusqu’au bout de ses forces pour que son fils Horus puisse retrouver le trône usurpé par son oncle Seth. Mythe fondateur de la civilisation égyptienne, la légende d’Isis et d’Osiris, en racontant des évènements antérieurs au règne des pharaons humains, donne la légitimité au roi de se réclamer des dieux. Et déjà là, on y trouve le rôle essentiel tenu par l’épouse du roi, qui démontre une détermination et une loyauté à toute épreuve.

Osiris mort sans descendance, son corps découpé en morceaux par son assassin, il fallait absolument trouver un moyen pour le ramener à la vie afin qu’il puisse féconder son épouse Isis et que l’Egypte ait un jour un héritier légitime. Heureusement, Anubis reconstitua son corps et grâce à la magie, Isis put recueillir sa semence et enfanter Horus. Osiris est donc la première momie égyptienne, momie mythique, mais suivie par tant d’autres, bien réelles celles-là : retour sur les techniques utilisées par les anciens Egyptiens pour embaumer leurs morts et leur ouvrir les portes de l’éternité.

Les femmes sont décidemment à l’honneur dans ce numéro, car c’est grâce à l’action d’une célèbre égyptologue française que nous devons en grande partie le sauvetage des temples de Haute-Nubie, Philae et Abou Simbel pour ne citer que les plus connus, menacés par les eaux du lac Nasser. Christiane Desroches-Noblecourt, évidemment, à qui nous rendons hommage.

Fascinant, n’est-ce pas ? Tout ceci vous donne vraiment envie de devenir égyptologue. Très bien : notre enquête devrait vous mettre sur la voie pour y parvenir. Et surtout ne vous découragez pas !

Bonne lecture !

 

05-05-001-001-copie-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
egypteancienne-magazine
commenter cet article

commentaires

Konate 25/02/2017 14:49

djenebakonate120@gmail.com