Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 17:33

couv-ea8.jpg

Ramsès III est le dernier, sinon un des tous derniers grands représentants d’une civilisation égyptienne antique qui va bientôt amorcer son inexorable déclin. Deuxième pharaon de la 20ème dynastie, nous nous approchons alors doucement vers la fin du Nouvel Empire, pourtant, à peine trente années sépare le début de son règne de la fin de celui du plus illustre de ses prédécesseurs : Ramsès II, dit Ramsès le Grand. Ramsès III consacrera toute son énergie pour maintenir le prestige et la grandeur de l’Egypte. Mais il commettra une erreur fatale : il ne s’exprimera jamais sur le choix de sa grande épouse royale, choix qui détermine qui sera l’héritier du trône. Alors que nul mortel ne saurait lever la main sur un quasi-dieu, la fin de règne se termine de la pire des manières : par un complot. C’est l’irruption du chaos au pays de la Maât.

Comment les Anciens égyptiens s’aimaient-ils ? Après deux millénaires de civilisation judéo-chrétienne où on nous a souvent répété que le corps était impur et que la femme était une tentatrice inspirée par le Démon, on a souvent tendance à imaginer les sociétés de l’Antiquité comme une sorte de paradis perdus de la sensualité, voire de la débauche et de l’immoralité. Vision réductrice influencée par la façon dont un certain cinéma s’était emparé du sujet ? Peut-être. Pour les Anciens égyptiens, qui ignoraient ce concept de culpabilité, le sexe était un bienfait de la vie. Pour commencer, c’est par le sexe que le monde avait été crée. Pour cette population essentiellement agricole où l’espérance de vie était précaire, la fertilité des hommes et des femmes était aussi essentielle que celle de la terre. Au-delà des impératifs de la reproduction, les Egyptiens avaient aussi une véritable sexualité de plaisir. Mais aussi, des interdits et des tabous. Et si Pharaon avait absolument tous les droits, il n’en était rien de ses sujets.

Que n’a-t-on pas écrit à propos du Grand Sphinx du plateau de Gizeh ! La communauté égyptologique est plutôt d’accord pour dire qu’il date de l’Ancien Empire et qu’il a été probablement construit durant le règne du pharaon Khephren, fils du pharaon Khéops. Il est situé au pied de la chaussée qui relie le temple d’accueil au temple haut du complexe funéraire de Khephren, et le temple situé devant le Sphinx lui-même laisse supposer qu’un culte devait lui être rendu. Mais ce ne sont que des suppositions. On ignore la fonction précise de cette gigantesque statue – la plus grande et la plus ancienne statue monolithique au monde – et on ne sait pas non plus de qui il est le portrait. Union de la force du lion et de l’intelligence de l’homme, le sphinx est une créature divine qui symbolise la puissance maîtrisée par l’esprit : c’est exactement ce qu’est Pharaon. Mais certains chercheurs avancent l’hypothèse que le Grand Sphinx serait très antérieur à la civilisation égyptienne. Qu’en est-il exactement ?

 

sommaire-ea8.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
egypteancienne-magazine
commenter cet article

commentaires